Eh... mon oeil.

 

Premières heures du jour
Le miroir t'appelle
Tu revis ma nuit de tes contours
Et tu pleures à tire-d'ailes.

 

Eh... mon œil,
Toi qui protèges ma vertu
Eh... mon œil,
Dis moi, qu'as-tu vu ?

Tu te sens attaqué
Par toutes ces ombres
Qui te laissent sur le quai
Aux heures les plus sombres.

Mais un rien t'habille
Quand sous mes doigts
Le maquillage frétille
Une protection sans loi.

Alors tu t'affirmes
Tu cherches la lumière
Pour ne plus être infirme
Et vivre une nouvelle ère.

Eh ... mon œil,
Toi qui protèges ma vertu
Eh ... mon œil,
Dis moi, l'as-tu vu ?

Regarde au loin cet homme
Il marche vers moi
Comme un être puissant en somme
Mon Hercule dominant ses émois.

Sèche tes larmes mon Iris
Nos regards auront raison de nos ténèbres
Nous cracherons ensembles nos vices
Pour que nos amours deviennent célèbres.

Eh ... mon œil,
Toi qui protèges ma vertu
Eh ... mon œil,
Dis moi, nous vois-tu ?

 

 

Tous droits réservés : Caroline Becker / Hugues Facorat édition

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/09/2014